Libye : Haftar étend son emprise

Libye : Haftar étend son emprise

Khalifa Haftar, qui contrôle l’est de la Libye, a fait main basse sur le Sud. Une simple étape dans sa conquête de Tripoli. Une conquête en douceur accueillie favorablement par la population lassée d’être reléguée au second plan.
Tripoli, Mathieu Galtier

À Sebha, les habitants peuvent à nouveau faire leurs courses sans risque de subir l’explosion d’un mortier au marché. Le danger est ailleurs, dans celui de se faire racketter en sortant de la banque après avoir récupéré les quelques centaines de dinars alloués par l’établissement financier pour le mois à venir.

Un « progrès » que les résidents de la capitale du Fezzan, la région sud de la Libye, attribuent à un homme, Khalifa Haftar. Depuis l’offensive lancée le 13 janvier par son « Armée nationale arabe libyenne » (LNA), le militaire de 75 ans, qui contrôle déjà une large partie de l’est du pays, la Cyrénaïque, étend son influence au sud, largement désertique.

Qu’importe, pour la population, que le Fezzan ne constitue qu’un relais pour l’ancien putschiste au côté de Khadafi. « Le Fezzan n’est pas la priorité d’Haftar. Il ne s’agit que d’un outil pour conquérir le pouvoir. Les habitants le savent mais ils s’en moquent. Ils considèrent qu’Haftar a déjà fait plus pour eux en quelques mois que le GNA en cinq ans », note un membre actif de l’ONG Fezzan Libya Organisation oeuvrant pour défendre les droits de la région qui préfère néanmoins garder l’anonymat par sécurité.

Depuis le début de l’année, l’électricité et l’eau sont revenues quasiment à la normale à Sebha, et le litre d’essence est de nouveau à 15 centimes de dinar contre 8 dinars au pire des combats entre ethnies et tribus de la région.

Share this post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


error: Content is protected !!