L’écosystème autour du téléphone mobile

L’écosystème autour du téléphone mobile

L’accès au téléphone mobile est devenu rapidement une nécessité sur le continent, tout en devenant financièrement accessible à un nombre croissant de personnes, y compris pour le smartphone. État des lieux d’un domaine clef pour l’Afrique.
Publié à l’occasion des Spring Meetings à Washington début avril, le rapport de la Banque Mondiale Africa’s Pulse, No. 19 : Une analyse des perspectives qui façonnent l’avenir économique de l’Afrique, montrait comment les technologies du digital pourraient transformer les économies africaines et contribuer à réduire la pauvreté.
Ces 52 milliards de dollars se décomposent en quatre grands postes :
11 milliards $ au sein des opérateurs mobiles eux-mêmes (1,8 %) ;
3 milliards $ pour les secteurs connexes de l’écosystème mobile (0,5 %)
3 milliards $ de façon indirecte (0,5 %) ;
35 milliards $ de gains de productivité et d’efficacité économique résultant de l’utilisation des services mobiles (5,9 %).
Groupe de la Banque mondiale en partenariat avec l’Union africaine et l’Union internationale des télécommunications ; son objectif est de donner un accès universel et accessible à toute la population du continent d’ici à 2030.

Si elles demeurent importantes, les disparités d’accès à l’économie numérique entre pays avancés et pays en développement, notamment les pays africains, se réduisent, passant d’une économie connectée limitée aux ordinateurs personnels et serveurs Web à une économie hyper-connectée grâce aux téléphones mobiles bon marché, aux réseaux sans fil à large bande et aux applications Cloud. L’économie autour du mobile représenterait 234 milliards de dollars pour l’Afrique en 2025.
Selon le rapport L’économie mobile Afrique de l’Ouest 2019, publié début avril par le GSMA, les technologies et services mobiles ont généré une valeur économique de 52 milliards de dollars pour la sous-région en 2018, soit 8,7 % du PIB. Ce chiffre devrait atteindre près de 70 milliards $ d’ici à 2023, soit 9,5 % du PIB.
D’abord les services mobiles de base – comme la voix et les messages texte – permettent aux personnes et aux entreprises de communiquer plus efficacement, s’affranchissant par exemple de trajets devenus inutiles.
Un outil devenu indispensable

Les téléphones mobiles ont aussi fourni la possibilité de transférer des fonds sous forme électronique à distance, permettant de réduire les coûts et le délai : de personne à personne, de personne auprès de l’administration (factures, taxes) et de l’administration vers la population (transferts publics).
Par Estelle Brack

Share this post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


error: Content is protected !!