La fête de la femme du 8 Mars 2019 aux Etats-Unis

La fête de la femme du 8 Mars 2019 aux Etats-Unis

Cette année, les femmes Camerounaises de la Diaspora aux Etats-Unis ont organisé plusieurs fêtes dans le DMV & environs.
La cérémonie a commencé par la prière dite par « les Pasteurs Adèle Tchegno & Josiane Dissouck », puis l’Hymne Nationale Camerounais. Au micro de présentation « Dr. Mafor Edwan & Merelyn »
Les Présidentes « YA Patience Tamfu, Presidente du RDPC et Dr. Ngongbo Lucie, représente du SDF aux Etats-Unis » étaient les organisatrices de cette cérémonie de la journée du 8 Mars 2019 et ont décidé de réunir autour d’elles leurs sœurs de la Diaspora ici, afin de consacrer « une journée de réflexion & de prière en faveur des enfants, femmes et tous les victimes des troubles sécuritaires au Cameroun ».

Elles ont toutes ouvrées pour “l’union et le vivre ensemble au Cameroun », mais surtout en l’honneur des femmes victimes dans les Provinces du Nord-Ouest, Sud-Ouest, Nord et Extrême Nord du Cameroun.
Dr. Ngongbo fut la première à s’avancer et dans une voix pleine d’émotion, elle a dit qu’après avoir pleuré, pensé et prié pour les victimes des troubles au Cameroun, elle a pensé qu’il fallait se lever et dire quelque chose. C’est ainsi qu’elle a décidé d’appeler les autres femmes Camerounaises de la Diaspora-Américaine, afin de se mettre ensemble et pouvoir apporter de l’aide à nos sœurs, femmes et mères victimes des troubles dans les régions attaquées, pour que celles-ci ne se sentent pas abandonnées.



Ya Patience Tamfu s’est avancée la deuxième et avec une voix alarmante, à son tour, elle a déploré avec la dernière énergie la situation inquiétante dans les Régions du Cameroun citées au-dessus et en à appeler aux consciences, car pour elle « Mère et grand-mère de son état », aucune Femme ne souhaiterait voir ses enfants mourir comme des bouts de pains, moins encore devenir des bandits.
Elle cite pour exemple, les gamins dans la partie du Nord/Sud-Ouest du Cameroun dont-on à vue porter les armes à l’âge de 7 ans. Quel sacrilège ! cria Ya Patience Tamfu et posa la question aux femmes « qui d’entre vous n’aimerait pas avoir un enfant éduqué ?.
Elle continua en disant que si ses parents ne l’avaient pas envoyé à l’école, elle ne serait pas entrain de s’exprimer devant le public. Elle a exhorté les femmes à prier pour la paix au Cameroun, mais surtout pour les enfants, car aucun pouvoir n’est au-dessus de Dieu. Elle demande à toutes les femmes Camerounaise d’où qu’elles se trouvent de s’unir et faire bloc contre ces bandits qui tuent leurs enfants. Elle cria d’une voix autoritaire « Nous les femmes n’aimeront pas savoir qui tue nos enfants au Cameroun, mais nous disons assez c’est assez ».
Elle a remercié les hommes venus les soutenir et terminé en disant « Nous ne Pouvons pas célébrer le 8 Mars, pendant que nos sœurs, filles, femmes, Mères et enfants souffrent & meurent au Cameroun. Nous avons le devoir de nous lever toutes comme une et indivisible femmes du Cameroun, afin de crier, parler, prier et pleurer autant que nous pouvons pour que la paix revienne dans notre pays le Cameroun.

Le Pasteur Dr. Caroline Vando leurs empiète le pas et ouvre sa prédication avec des pleurs contre les abus faits aux femmes et enfants dans les zones attaquées du Cameroun depuis plusieurs années.
Elle invite ses sœurs à s’unir et combattre Satan, car dans la Bible il est dit « que la femme n’est pas seulement la mère de l’humanité, mais celle qui peut ramener du plus haut au plus bas, tout ce qui est vulnérable, pire encore n’importe quel Démon, parce que Dieu a mis en la femme un pouvoir exceptionnel ».
Elle a terminé sa prédication en disant que « seules les femmes peuvent attacher leurs pagnes autour des hanches et même les Bébés sur le dos et s’enrouler en main le sol pour pleurer et dire « Assez, c’est assez », car elles sont les seules qui ont un ventre qui porte le fœtus et accouche, donc peuvent se sacrifier plus que quiconque au monde, quand elles voient leurs enfants mourir.

Le Président Jojo Kamwa, représentant de Presbi Biya est venu encourager les femmes et a rejoint la cause de leurs lamentations en disant que « les femmes restent la Mère de l’humanité et a dirigé son conseil plutôt aux filles, en les encourageant de suivre le model exemplaire de leurs Mamans ». Il souhaite bonne fête de la femme a tous les femmes du monde, mais surtout à la 1ere Dame du Cameroun.

Les femmes contrairement aux fêtes du 8 Mars antérieurs n’ont pas fait les folies, ni la danse à la je m’ en fou, mais elles ont dansé la musique religieuse en cette célébration du 8 Mars 2019 particulière en son genre, mais ne se sont pas empêchées de soulever les kabas pas pour s’ amuser cette fois-ci, mais pour dire à leurs sœurs/filles & Mères au Cameroun «Nous sommes ensemble, vous pouvez compter sur notre soutien, peu soit-il »
.


La cérémonie s’est achevée avec un buffet et les femmes ont calmement vidé la salle de fête, vraiment d’une façon inhabituelle « pas des grands rires et youyous d’ autres fois, comme pour dire que «les femmes de la Diaspora Camerounaise aux States, Anglophones comme Francophones se sont accordées d’une seule voix et ont décidé de faire un bloc derrière les femmes au Cameroun ».

Princesse/Journaliste Doudou Teclaire Ngoule’S
Depuis le Vicking Center dans l’Etat du Maryland aux Etats-Unis
Pour Afrique Mon Afrique TV Internationale !
Stay Tuned.

Share this post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


error: Content is protected !!